par Avis Antel

En Septembre 2002, Gerry Rogers, la réalisatrice du film « My Left Breast, » a donné le mot d’ordre à l’assemblée annuelle générale de l’ACSM. Elle a parlé du nombre croissant du cancer du sein à l’échelle mondiale, non seulement chez la population en général mais surtout chez les jeunes femmes, malgré le fait que 92 pour cent de ces femmes ne présentaient pas des facteurs de risque.
En ce temps là, il n’existait aucune recherche fiable expliquant la raison de l’augmentation du cancer du sein dans des régions où la population était exposée à des niveaux trop élevés de pesticides.
Une récente étude menée par l’Université Laval et l’Institut national de santé publique au Québec a démontré comment un élément de base trouvé dans le DDT accélère la croissance des tumeurs cancéreuses du sein. Selon les résultats de la recherche, le principal metabolite du DDT bloquerait un passage des hormones qui autrement aideraient à freiner la tumeur dans les cellules cancéreuses qui réagissent positivement.
Le DDT était utilisé à grande échelle dans les états-Unis entre les années 1945 et 1970 et a été associé au cancer du sein dans des études précédentes. Il a été interdit aux états-Unis en raison de son incidence sur l’environnement et la santé, mais il continue à être utilisé dans certains pays et a été recommandé pour le contrôle de la malaria.

Source :

Aubé M, Larochelle C, Ayotte P. 1,1-dichloro-2,2-bis(p-chlorophenyl)ethylene (p,p'-DDE) dérègle l’équilibre de l’oestrogène-androgène qui régularise la croissance des cellules cancéreuses hormonodépendantes. Breast Cancer Research, février 2008, 14;10(1):R16